Page d’accueil

Ce site est en cours de construction…

Quand Victor Hugo haranguait les pédagogues

Marchands de grec! marchands de latin! cuistres! dogues!                                                Philistins ! magisters !                                                                                                                        Je vous hais, pédagogues !                                                                                                                    Car vos textes, vos lois, vos règles sont fossiles !                                                                        Car avec l’air profond, vous êtes imbéciles !                                                                                      Car vous enseignez tout, et vous ignorez tout !                                                                                Mon sang bout                                                                                                                                          …                                                                                                                                                                                        Vos préjugés qui font vos yeux de brouillard ivres,

L’horreur de l’avenir, la haine du progrès ;
Et vous faites, sans peur, sans pitié, sans regrets,
A la jeunesse, aux cœurs vierges, à l’espérance,
Boire dans votre nuit ce vieil opium rance !

Car, outre les pensums où l’esprit se dissout,
J’étais alors en proie à la mathématique.
On me livrait tout vif aux chiffres, noirs bourreaux ;
On me faisait de force ingurgiter l’algèbre
Hélas, on me fourrait sous les os maxillaires
Le théorème orné de tous ses corollaires ;
Et je me débattais, lugubre patient
Du diviseur prêtant main-forte au quotient.
De là mes cris.
Un jour, quand l’homme sera sage,

Lorsqu’on n’instruira plus les oiseaux par la cage

Quand les sociétés difformes sentiront
Dans l’enfant mieux compris se redresser leur front,
Et que le plein midi rayonnera pour tous,
Savoir étant sublime, apprendre sera doux.
…l’enfant ne sera plus
Une bête de somme attelée à Virgile… »

Victor Hugo     ( Extraits des Contemplations)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>